Arrêtons de nous saborder, et préservons notre avenir.

Pourquoi se priver du nucléaire, l’énergie la plus compétitive et qui répond aux défis du réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique est d’après la communauté scientifique le plus grand danger qui menace la survie de l’humanité. Le nucléaire civil demeure un moyen indispensable pour réduire le coût de la transition vers une économie décarbonée.

Sans augmenter le CO2, ce qui reste l’objectif affiché, les 55% d’énergie électrique d’origine nucléaire ne pourront être compensés que par un peu d’éolien qui fournira au mieux 20% de ce qui sera perdu.

Le solde, ce serait des économies d’énergie, venant en plus de celles nécessaires pour diviser les émissions de CO2 par quatre d’ici 2050.

Les électeurs en sont-ils bien conscients ?

Nous savons tous que notre pouvoir d’achat est directement lié à l’énergie et à son prix.

La réduction de la consommation d’énergie  et l’augmentation des  prix  qui résultera d’un  apport trop rapide  d’énergies non compétitives ( voir le tableau ci après qui donne une indication du rapport des coûts du kwh issus des différentes filières) entrainera  inéluctablement une baisse de notre PIB , une décroissance , et une augmentation du taux de chomage .

En effet une contrainte forte sur l’énergie signifie moins de mètres carrés construits, de voitures produites, d’infrastructures baties et donc moins d’industrie et moins de services assis sur les flux issus de l’appareil industriel.

Utilisons la rente nuclaire pour renforcer la résistance aux risques de nos centrales nucléaires mais aussi  pour investir dans la qualité de notre enseignement ,la recherche et l’innovation pour trouver de nouvelles alternatives à l’énergie fossile.

Les technologies dont nous disposons aujourd’hui sont trop chères , nous devons trouver les moyens de faire baisser le prix de l’énergie verte en améliorant les rendements  et ainsi créer de véritables filières  industrielles capables de changer  la productivité et les métiers et ainsi seulement pouvoir créer de la croissance indipensable  et durable pour la sauve garde  de notre prospérité

Auteur : Bernard-Michel Carnoy

Belge, ingénieur civil chimiste de l’Université de Liège, Master in Engineering, Economics & Design de Cornell University (USA), et ancien conférencier Université de Paris, Panthéon-Assas II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.