Quelle énergies pour l’Europe ?

Le Bilan désastreux de la transition énergétique accélérée voulue par Berlin

Aujourd’hui les experts sont en mesure de dresser le bilan des huits première année de la transition accélérée’ voulue par Berlin et il est  désastreux. Tout le projet est en train de dérailler écrit le Spiegel.

Exagéré? L’Allemagne a investi depuis 2010 plus de 30 milliards par an dans le basculement et l’on prévoit une facture globale de plus de 500 milliards à l’horizon 2025 –pour partie constituée de subventions et crédits publics, pour le reste financé par les ménages et les entreprises sous forme de hausse de prix. Une étude chiffre même à plus de 3.000 milliards d’euros (oui, 3.000 milliards!) les investissements requis d’ici à 2050, si l’Allemagne persiste dans son intention d’accroissement de la part du solaire et de l’éolien dans son mix énergétique. Des sommes faramineuses. Or, le résultat est spécialement déprimant: malgré les centaines de milliards déjà mis sur la table, les émissions de gaz à effet de serre de l’Allemagne sont au même niveau… qu’en 2009.

Selon l’institut  Sapiens, la comparaison des  projets de transition électrique  entre l’Allemagne et  celui du RU (Royaume Unis) montre clairement l’echec de l’ »energiewende «  un projet baclé et  en revanche le succès d’un projet pragmatique au Royaume-Uni

En termes de réduction des émissions, la Figure 32 démontre sans ambiguïté l’échec de l’ENERGIEWENDE et le succès de la stratégie britannique. Elle s’avère d’autant plus pertinente que l’éolien est plus efficace au Royaume-Uni (2,5 TWh/GW contre 1,9 TWh/GW en Allemagne) alors que le solaire est à peu près identique (0,95 TWh/GW). En moyenne, le taux de charge des renouvelables au Royaume-Uni est de 23% (Figure 31 – droite) contre 17% en Allemagne (Figure 29 – droite). Si les Britanniques n’ont pas échappé à une augmentation des tarifs, le prix du kWh (0,19 €) y est toutefois bien inférieur à celui de l’Allemagne (0,3 €/kWh).

Les britanniques ont très rapidement misé sur une taxe carbone pour fermer leurs centrales à charbon et réintroduire massivement le gaz dans leur mix énergétique et ce sans pour autant réduire la part du nucléaire. En 2017, le charbon ne représentait plus que 7% du mix contre 40% pour le gaz, 21% pour le nucléaire et 18% pour les renouvelables. Les résultats en termes de GES sont sans appel : les britanniques on réduit depuis le début du siècle leurs émissions de 30%.

En revanche pour les Allemands le fantasme de la transition énergétique avec  la volonté de continuer d’accroitre les énergie renouvelables tout en réduisant drastiquement le nucléaire (-7%) a conduit au renforcement du charbon (+4%) beaucoup plus économique que le gaz (-4%) sur la période 2010 à 2014. Le mix électrique allemand 2017 (Figure 12) se composait ainsi de 37% de charbon, 22% d’ENR, 13% de gaz et 12% de nucléaire. Ce fantasme  fait place aujourd’hui  à la gueule de bois de quoi refroidir l’enthousiasme écolo béat des dix dernières années.

Le projet européen de transition énergétique doit être le résultat  d’un examen plus rationnel du rapport coût –avantage de chaque énergie  et du bien fondé de la « transition »

Une transformation du système électrique  Européen et MONDIAL basée sur un mix Gaz,  Nucléaire  et  énergies renouvelables  permettrait de réduire les émissions de CO2 de manière significative  à un coôt acceptable pour l’humanité.

Les voitures électriques sont-elles vraiment “propres” ?

A la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d’un véhicule électrique intervient lors de la phase de fabrication. Les gains environnementaux d’un véhicule électrique se retrouvent donc à l’usage, à la condition que  la production électrique du parc soit peu carbonée.

Cela peut surprendre mais effectivement  une voiture électrique nécessite deux fois plus d’énergie pour sa fabrication qu’une voiture thermique. Un des pôles les plus énergivores est l’assemblage des batteries.

En cause, l’extraction des matériaux rares (cobalt, lithium, graphite…) et leur recyclage qui composent les batteries lithium-ion utilisées sur le marché. 

Par ailleurs, l’analyse ne sera pas la même en Allemagne, où la production électrique émet en moyenne 500 g de C02 par kWh produit (en raison de l’importance des centrales au charbon et au gaz) et en France où le parc tourne autour de 50 g/kWh, en raison de l’importance du parc nucléaire.

Au final, pour un cycle de vie moyen estimé à 150.000 km, la voiture électrique émet autour de 9 tonnes de CO2 en France contre 22 tonnes  en Allemagne .

Pour un véhicule diesel on est à 22 tonnes et environ 27 tonnes pour une voiture à essence. Par contre pour un véhicule au gaz naturel les rejets sont sont moins importants que  pour le diesel à 19,5 tonnes.

Il faut donc faire plus de 150.000 km (fin de vie) pour  que l’impact écologique d’une voiture électrique soit moindre que celui d’une voiture diesel en Allemagne ou en Chine.

Par ailleurs les émissions représentées par la voiture électrique restent plus importantes que celles d’une voiture au gaz naturel (+ 2,5 tonnes de CO2) sur le cycle de vie.

La tendance actuelle à l’accroissement de la taille de batteries pour augmenter l’autonomie sur les véhicules électriques, est préjudiciable pour l’impact GES de la filière électrique.

En résumé on peut en déduire qu’un véhicule au gaz naturel éventuellement hybride rechargeable semble la solution la plus pertinente du point de vue de l’impact sur les émissions de GES (gaz à effet de serre), grâce à leur batterie de taille limitée parfaitement adaptée à l’usage majoritaire du véhicule.

Pour une transition énergétique cohérente et efficace

Pour réussir le projet de transition énergétique  et tendre vers une énergie durable pour tous, il est indispensable de s’appuyer de manière équilibrée sur les trois piliers du développement durable : le pilier climatique, le pilier sécurité énergétique et le pilier économique.
l’énergie doit être propre,  disponible et abordable.

On doit impérativement éviter d’en hypertrophier un ou deux par rapport au troisième sous peine de mettre en péril les fragiles équilibres de notre société de croissance.

L’Europe possède déjà  l’intensité énergétique la plus faible du monde.
L’Europe possède également l’énergie la plus décarbonnée du monde.
Mais il reste une marge de progrès importante dans ces deux domaines.

Pour satisfaire l’objectif climatique de Paris il faudra réduire encore nos émissions de C02 et aussi réduire dans notre mix énergétique, la part d’énergies fossiles les plus émettrices (charbon et pétrole) au profit des énergies moins émettrices (gaz) ou non émettrices (renouvelables et nucléaire)  mais surtout continuer de réduire notre intensité énergétique.

Il faudra aussi capter et stocker  les émissions de CO2 la ou les énergies fossiles restent indispensables.

Mais la transition énergétique ne peut pas se restreindre à la seule réduction des émissions de CO2. L’indépendance énergétique , la disponibilité de l’énergie est  au moins aussi importante.

L’Europe a besoin de développer une stratégie commune envers les énergies fossiles afin de réduire sa dépendance.
Si ses fournisseurs de pétrole et de charbon sont nombreux et diversifiés, il n’en est pas de même des fournisseurs gaziers, la tentative de développer le gaz de schiste n’ayant pas abouti, le problème de notre dépendance vis à vis de la Russie reste  une préoccupation majeur  même si le gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance des USA (gaz de schiste) ou du Proche  Orient pourrait présenter une source d’approvisionnement permettant à l’Europe de diversifier ses importations gazières.

Mais la dépendance énergétique de l’Europe ne s’arrête pas aux hydrocarbures. 

Les énergies renouvelables, les batteries, les piles à combustible présentent une dépendance au niveau des matériaux (lithium, cobalt, terres rares ) encore bien plus critique  que celle des hydrocarbures. Les réserves mondiales de ces matériaux sont en effet très inégalement reparties.

Contrairement aux idées reçues les énergies renouvelables et l’avènement de la voiture électrique ne résolvent en rien le problème d’indépendance énergétique de l’Europe.

Les événement récents ont aussi clairement démontré que l’énergie ne devait pas seulement être propre et disponible, elle doit aussi être abordable. 

« Le pas cher est aussi important que le propre »

La vie quotidienne et la compétitivité des entreprises sont largement conditionnées par les prix de l’énergie.
Malgré une libéralisation des marchés européens de l’électricité, le prix du kwh  varie au sein de l’Union de 0,1 €/kWh en Bulgarie à plus de 0,3 €/kWh en Allemagne et au Danemark.
La disparité des prix reflète en grande partie le coût de déplacement du thermique ou du nucléaire vers les énergies renouvelables.

L’énergie doit être considérée comme l’aliment incontournable de la croissance économique et du développement social.

Mais bien plus que le pétrole, le gaz ou le charbon, la transition énergétique a deux véritables ennemis :

Le premier est l’écologie politique punitive qui hypertrophie le pilier du climat aux dépends de la sécurité énergétique et de la compétitivité économique. Son projet et son idéal est la décroissance économique.

Le second est le nationalisme et le populisme qui par nature privilégie les piliers économiques et surtout l’indépendance énergétique aux dépends du pilier climatique.

Il est indipensable que l’Europe ait un rôle moteur pour lier  de manière cohérente et efficace les enjeux sociaux, économiques, géopolitiques, et climatiques de la transition énergétique. 

Conférence Château Saint-Anne pour Capital@Work – Réussir la transition énergétique

Comment concilier énergie et environnement ou comment aller vers une économie bas carbone sans crise majeure?
Présentation pour CapitalatWork au Château Saint-Anne Auderghem 10/10/16

Réévaluer et réinventer l’Energie pour assurer une transition énergétique efficace et rentable

Le réchauffement climatique reste une vrai préoccupation, il faut envisager un système énergétique moins carboné. Les gains d’efficacité ne suffiront pas, le vrai problème c’est le charbon le grand contributeur de carbone.

Et pourtant il y a une mesure simple à prendre c’est de le remplacer par le gaz pour la production d’électricité, c’est une question de choix politique ou alors de coût de CO2.

D’ici 2050 le PIB mondial devrait presque doubler, les besoins énergétiques devraient croître d’environ 30% grâce à l’innovation technologique et l’efficacité énergétique. Le paradoxe c’est que les investissements en énergie renouvelable électrique a fait chuter les prix de gros de l’électricité ce qui pénalise lourdement les centrales au gaz mises de coté au profit des centrales au charbon moins coûteuses.

C’est le modèle Allemand qui a investi massivement en énergie renouvelable en fermant les centrales nucléaires mais sans obtenir de réduction des gaz à effet de serre à cause de ses centrales au charbon qui tournent au maximum.

Le monde a changé, le pétrole n’est plus une ressource rare avec le développement du pétrole de schiste aux USA et au Canada et une contribution croissante à l’offre mondiale de la Russie.
Le marché est devenu beaucoup plus concurrentiel que monopolistique et l’OPEP a perdu la main.

Le Pétrole de schiste a changé la donne, il procure une flexibilité à CT et MT à 40$ /bbl le niveau de production va baisser et les prix vont se redresser , à 60 $ la production va se stabiliser et à 80 $ la production va dépasser la demande et les prix vont rebaisser.

Les technologies de production d’énergie propre progressent , les coûts ont baissé en 5 ans de 25% pour l’éolien et de 60% le « photovoltaique « et les batteries .

Néanmoins leurs développements nécessitent toujours des subventions importantes qui font monter les prix de la facture d’électricité mettant en péril notre prospérité et notre compétitivité.

L’objectif 2030 de l’UE est de 27% d’énergie renouvelable dans le mix énergétique n’a de sens que si il conduit à une réduction de la production de gaz à effet de serre or aujourd’hui le prix du CO2 dans le système ETS est à moins de 5 €/t et tout indique que la production mondiale de GES va continuer à croître jusqu’en 2030.

Pour inverser la tendance il faudrait un coût de CO2 d’au moins 30 €/t et à l’échelle mondiale pour éviter toutes distorsions de concurrence.

TRANSITION ENERGETIQUE : La nouvelle donne des Hydrocarbures de Schiste.

Le paysage énergétique a été bouleversé par le tourbillon des hydrocarbures de schistes qui a fait chuter les prix du gaz et de l’électricité  aux USA et qui a placé certaines industries dans une position délicate.

En 2012 l’Agence international de l’énergie (AIE) a multiplié par quatre les réserves d’hydrocarbures  exploitables, ce qui remplace la notion de déclin des réserves par la notion de limites technologiques.

D’importateurs de  gaz  naturel liquide (GNL), les USA deviennent exportateurs. Un des effets indirects est l’exportation de charbon et de produits Pétroliers vers l’Europe et la réduction des gaz à effet de serre (GES).

Tous les Hydrocarbures  ont la même origine, ils proviennent  tous de la roche mère.Une partie de ces Hydrocarbures ont été  expulsés  et ont migré  vers la surface ou ils se sont bio-dégradés,  certains  ont rencontré une roche imperméable et se sont accumulés  dans un réservoir pour former un gisement conventionnel. Mais une partie importante des Hydrocarbures n’ont pas été expulsés et demeurent toujours  dans la roche mère formant un gisement non conventionnel d’Hydrocarbures  appelé pétrole  et gaz de schiste.C’est la combinaison des progrès techniques réalisés dans le forage horizontal et la fracturation hydraulique qui a permis d’augmenter la productivité par puits par un facteur six depuis 2007.Leur extraction doit en effet  être stimulée afin de drainer efficacement la roche, on augmente la  porosité et la perméabilité artificiellement en générant  des micro-fissures par injection  d’eau à haute pression.

 Ce tourbillon modifie  la donne du marché du gaz et du pétrole dans le monde. Alors que de plus en plus  de pays explorent leur potentiel : Russie, Chine, Egypte, Argentine entament des programmes d’exploration, cela pourrait réduire le recours aux pétrole OPEP, détendre le marché et éviter l’envolée des cours à plus de 120$/bbl .

 Les ressources en Europe sont évaluées à 60 ans d’importation, dont 30% située  en France.En France les données géologiques sont très prometteuses  on parle de 15 ans de consommation de pétrole et 100 ans de consommation de gaz.

 Malheureusement  une polémique basée sur de la désinformation a conduit en France à l’interdiction  en 2012 de la fracturation hydraulique par la loi même pour une  simple exploration. Le mythe est que la fracturation créerait  une possible contamination des nappes, le tremblement de terre et des nuisances terrestres. En fait ces risques sont maîtrisés si on applique correctement les standards de l’industrie pétrolière. La fracturation s’est fortement développée et s’est généralisée dans les dernières décennies, on estime aujourd’hui que plus d’un puits sur deux forés subit une étape de fracturationLe fluide de fracturation est composé de 99% d’eau et de sable affichent des concentrations d’additifs faibles (1%), leur rôle est d’assurer le transport du sable qui sert d’agent de soutènement pour maintenir la fissure ouverte, il augmente la fluidité  et diminue la consommation d’énergie. Aujourd’hui on utilise des produits de la vie courante et on les remplace par des produits issus de la chimie verte autorisés dans l’industrie alimentaire. L’eau de refoulement contaminée est traitée ou recyclée dans un autre forage. Il faut 15000 M3 pour forer et fracturer un puits dont la durée de vie est de 10 ans, c’est  la quantité  d’eau utilisée pour arroser un terrain de golf de 18 trous pendant un mois et on peut aussi  utiliser l’eau de mer. L‘exploitation ne nécessite pas de grand espace.  L’empreinte au sol est modeste,  l’action se déroule sous terre et non pas en surface, on ne gène pas l’agriculture locale ou les résidences privées. A partir d’une plateforme qui occupe 1 ha on peut forer une quinzaine de puits,  pour drainer jusqu’à 500 ha, l’activité de forage s’étalera sur un an et ensuite le derrick est démonté.  Autre mythe : la fracturation provoque des tremblements de terre, en fait le tremblement est considéré comme imperceptible, c’est équivalent au tremblement provoqué par le trafic automobile.

 Plusieurs pays vont de l’avant.  En 2012 le « British Géological Survey » a conclu que les risques liés à la pollution de nappes et  le  tremblement de terre ont été largement exagérés et on a interrompu le moratoire.La Suède, la Grande Bretagne, le Danemark, la Pologne encourage la prospection de gaz de schiste.En France  une partie de la société refuse le changement technologique et  pourtant ce pays dispose d’une expérience et d’acteurs industriels compétents

 En Europe la production de 80 GM3 de gaz aurait pour effet de réduire la facture énergétique de 50 Mia € sans tenir compte des effets directs et indirects sur l’emploi.

 Aujourd’hui l’Europe commence à prendre  conscience que les Hydrocarbures  non conventionnels doivent entrer dans la diversification du mix énergétique, et que la contribution des hydrocarbures de schistes est essentielle pour le progrès et le développement de la société : ce n’est plus un problème technique d’exploitation mais un problème d’acceptabilité d’une technologie « nouvelle  «  par la société civile en France  et cette réticence ne semble pas justifiée car il y a dans ce pays  un grand respect de l’industrie pour la réglementation,, dans les trente dernières années  on a foré et fracturé 3000 puits dans le bassin parisien sans incidents et en harmonie avec les populations locale, il y a potentiellement une rente minière qui peut être recyclée au profit de la société civile.

 

Pourquoi le citoyen wallon doit dire ‘ NON ‘ aux parcs éoliens ?

Le citoyen allemand se plaint que la subvention (la taxe) en faveur du renouvelable, répercutée sur le consommateur fasse augmenter continuellement la facture des ménages.

Aujourd’hui c’est plus de 15 % des ménages allemands qui ont des difficultés pour payer leurs factures d’électricité et beaucoup d’entre eux sont privés d’électricité en raison de factures impayées.

A coté de cela L’Allemagne exporte ses surplus d’électricité  qui ont quadruplé en 2012 (23,8  TWh) à des prix ridiculement bas et est souvent   amenée à faire cadeau du courant  excédentaire aux pays voisins.

C’est que la forte progression du courant éolien et photovoltaïque perturbe souvent le système.

  L’Allemagne  base son mix énergétique pour une part  sur le charbon et  la lignite très bon marché, et pour l’autre part sur  les énergies  chères de source renouvelable  mais intermittente comme l’éolien et  le photovoltaïque. Ce système qui au demeurant est très producteur de gaz à effet de serre et donc très néfaste dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique,   n’a pas de flexibilité car l’électricité ne se stocke pas . Dès que l’énergie est produite elle doit être consommée.

Si on y prend pas garde les Wallons pourraient souffrir des mêmes dérives.

Le régulateur wallon chiffre à 3,5 milliards d’euros le coût du soutien au renouvelable d’ici 2020 suite essentiellement à la bulle spéculative liée au photovoltaïque. La facture des ménages wallons va donc augmenter et augmentera bien plus vite que la facture des ménages flamands et bruxellois et le pourcentage de ménage wallon en difficulté ne fera qu’augmenter.

Le coût du soutien aux parc éoliens existant  (260 mâts) en Wallonie se chiffre déjà à 600 millions d’euros. Et ce chiffre ne prend pas en compte les prochains développements inscrits dans le récent cadre de référence  wallon sur l’éolien qui prévoit l’implantation de 750 éoliennes en Wallonie à l’horizon 2020, ni d’ailleurs du surcoût exorbitant de l’éolien offshore qui coûtera 800 millions d’euros par an à partir de 2017 et qui  fera encore grimper la facture d’électricité des ménages belges.

La politique énergétique wallonne a pour but de créer de nouvelles  recettes pour le budget wallon, en transformant un système basé sur le nucléaire et les combustibles fossiles vers une production d’énergie verte en faisant payer la taxe par les consommateurs wallons pour financer son développement .

Cette politique favorise le recours à l’endettement, entraîne une mauvaise allocation du capital, des investissements improductifs et un  risque de bulles spéculatives.

Le citoyen wallon n’a aucun intérêt à subir aujourd’hui  les désagréments de parcs éoliens:  perte de son pouvoir d’achat et  perte de  compétitivité de l’ économie wallonne,  nuisances visuelles et sonores, destruction de valeur des habitations de riverains et l’impossibilité de tenir nos engagements dans Kyoto.

La seule politique qui fait sens aujourd’hui consiste à encourager la diminution de  la consommation d’énergie et à orienter la Recherche & Développement sur l’efficacité énergétique et le stockage de l’énergie, condition essentielle pour que les énergies renouvelables soient  un jour compétitives et rentables et permettent ainsi une  vraie décarbonisation de la production électrique .

Il est grand temps que le citoyen wallon  s’oppose à la dilapidation de son pouvoir d’achat  au profit de ses voisins .

Gaz de schiste : FRANCE Réveille-toi !

Pour des raisons politiques mettant en jeu les relations entre partis de la majorité, François Hollande a décidé de fermer la porte à l’exploitation du gaz de schiste en annulant  toutes les demandes de permis d’exploration mais aussi d’enterrer le débat sur le gaz de schiste.

Aucun argument sérieux n’est venu appuyer cette décision unilatérale

Le gouvernement n’a même pas réalisé une étude d’impact.

«  La France a le devoir d’évaluer les ressources potentielles et sa mission est de chercher à développer des modes d’exploitation propre »

Refuser le débat , refuser les études et l’exploration , c’est refuser de savoir, c’est refuser le progrès pour éviter la tentation, c’est un précédent dans le principe de précaution.

France , il est urgent de redonner la parole au débat, aux chercheurs, aux scientifiques et techniciens, aux décideurs économiques et aux citoyens  afin d’établir un vrai dialogue.

Ce débat doit concilier l’efficacité environnementale, économique et justice sociale.

Bien sûr, il y a lieu d’encadrer très strictement la recherche en la matière, mais la France n’a pas le droit d’ignorer le potentiel  de cette ressource et doit donc se donner les moyens et le temps de chercher les techniques d’extraction propres et acceptables

L’expérience américaine a montré qu’il pourrait s’agir d’un véritable tournant industriel, il pourrait donner à la France et à l’Europe un nouvel élan économique, une nouvelle compétitivité de son industrie, une nouvelle croissance et de nombreux emplois.

Le gaz de schiste aux Etats-Unis est cinq fois moins cher que le gaz importé en Europe et il est très abondant et sera bientôt exporté. Il a permis aux Américains de réduire les émissions de gaz à effet de serre en réduisant la consommation de charbon et il permet de retarder la construction de nouvelles centrales nucléaires.

La transition énergétique et environnementale doit être un modèle de société et de développement économique, le gaz de schiste pourrait y jouer un rôle majeur.

Il faut créer rapidement  une commission chargée d’étudier les conditions d’exploration expérimentale avec toutes les parties prenantes

La France est le seul pays au monde à interdire l’exploitation de ces hydrocarbures de schiste, la France ne peut pas être contraire à l’esprit de débat et contraire à l’idée de progrès.

C’est son avenir  et l’avenir de ses enfants qui est en jeu.

Solaire: L’Amérique se protège de la Chine, L’Europe s’enfonce et la Wallonie se désindustrialise.

L’Europe est en train de perdre son savoir faire et la Wallonie accélère sa désindustrialisation et sa précarité par sa politique de soutien au développement des panneaux photovoltaiques et de l’éolien.

Les Américains ont mis des taxes de 31 à 250 % sur les panneaux solaires importés de Chine, et des taxes de 13 à 26 % sur les éoliennes Chinoises.

A l’heure ou de nombreux fabricants Européens font faillite, on peut se demander pourquoi l’Europe  ne fait rien et pourquoi la Wallonie continue à soutenir massivement l’installation de panneaux solaires Chinois qui sont  responsables des augmentations du prix de l’électricité de 15 % par an que nous pouvons constater sur nos factures .

A l’heure où l’Amérique développe  massivement sa production de gaz de schiste à un coût quatre fois moindre que le prix du gaz en Europe,  à l’heure où les Chinois démarrent une nouvelle centrale  au Charbon toutes les semaines produisant de l’électricité à un prix supercompétitif, nous, nous  augmentons nos coûts énergétiques  en important des équipements fabriqués en Chine, nous perdons notre savoir faire et nous tuons notre compétitivité et nos emplois.

La technologie photovoltaique n’est pas encore rentable, mais son prix diminue de 10 à 12 % par an , on en est aujourd’hui à 0,8 € par Wc pour les meilleurs fabricants.

L’écart de prix avec les fabricants chinois qui sont  largement subventionnés est de  l’ordre de 30%.  Une politique intelligente voudrait que l’Europe consacre ses ressources en Recherche & Développement pour développer   du photovoltaique qui soit rentable et ainsi de  créer une véritable filière industrielle capable d’équiper L’Europe et d’exporter dans le monde entier.

Messieurs, Réveillez vous, il est plus que temps !